الخميس، 25 يونيو، 2009

Atelier de démarrage du Projet de Recherche et Développement socio-économique : Gestion des Ressources Forestières dans la Chaîne montagneuse de l’Atl

Expérimentation Participative et Adaptative de Modèles de Gestion des Ressources forestières dans la Chaîne Montagneuse de l’Atlas
(Algérie, Maroc, Tunisie)
30 Juin 2009



Youssra Benchrif
External Communication Officer
Al Akhawayn University in Ifrane
L’Université Al Akhawayn d’Ifrane (AUI) et l’Ecole Nationale Forestière des Ingénieurs (ENFI) organisent un atelier pour le lancement du projet de recherche et développement socio-économique intitulé : Expérimentation participative et adaptative de modèles de gestion des ressources forestières dans la chaîne montagneuse de l’Atlas (Algérie, Maroc, Tunisie). Ce projet, qui a reçu le support financier du Centre de Recherche et de Développement International (CRDI) du Canada, vise le développement et la valorisation des ressources forestières, agricoles et non agricoles, pour l’amélioration des conditions de vie des habitants des zones montagneuses dans les trois pays du Maghreb qui participent au projet, Algérie, Tunisie et Maroc. Au Maroc, le travail sera réalisé au niveau de deux communes rurales situées au Moyen Atlas, Tizgit et Dayet Aoua.
Présentation du projet:
Les pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) possèdent des formations forestières situées presque exclusivement sur la chaîne montagneuse de l’Atlas. Ces formations couvrent environ 14 millions d’hectares et les populations des zones forestières sont considérées parmi les plus pauvres dans les trois pays. Leur pression sur la forêt ne cesse de s’amplifier et les modèles de gestion pratiqués aujourd’hui ne répondent pas de manière adéquate au souci du développement durable des habitants et des ressources forestières. Cette situation est caractérisée par : 1) une relation, souvent conflictuelle, entre les autorités forestières et la population démunie qui cherche à survivre en priorité, 2) un surpâturage poussé dans une large proportion des forêts naturelles, 3) des coupes excessives de bois, et 4) des productions forestières qui ne sont pas suffisamment valorisées et qui ne sont pas mises au service du développement local.
Le présent projet se propose de trouver des solutions appropriées afin de contribuer à la fois à l’amélioration de la gestion des ressources forestières et à la réduction de la pauvreté des communautés qui en dépendent. Il fait appel aux deux concepts de l’apprentissage social et de la gestion adaptative pour approcher différemment le développement dans les zones forestières. Il présente, en effet, une alternative aux approches traditionnelles (technicistes, verticales, très peu socioéconomiques, peu intégrées et non participatives) et aborde la gestion des ressources naturelles dans les pays maghrébins d’une manière plus compréhensive.
L’objectif global du projet est d’identifier, à travers des expérimentations participatives et adaptatives, des modèles viables de gestion des ressources forestières afin de contribuer à une réduction de la pauvreté des communautés rurales. Les objectifs spécifiques sont : 1) renforcer les capacités des équipes de recherche dans les trois pays maghrébins en matière d’approches novatrices de gestion des ressources forestières comme la gestion adaptative, l’analyse sociale et l’analyse genre, 2) analyser et évaluer les interventions du passé et établir un diagnostic dans les trois zones d’étude du projet concernant les aspects liés à l’état de la ressource et sa gestion et les conditions sociales et économiques de leurs habitants, 3) identifier, expérimenter et évaluer des actions novatrices relatives à la gestion des ressources forestières et indiquer les conditions de leur éventuelle généralisation à d’autres régions forestières maghrébines, 4) synthétiser et diffuser les leçons acquises dans les trois pays auprès des acteurs concernés afin de contribuer à des meilleures politiques et pratiques concernant la gestion des ressources forestières dans l’Afrique du Nord.
Le projet se déroulera sur une durée de 3 ans. Il comporte une phase d’expérimentation suivie de la mise en place de sous projets générateurs de revenus et durables. Ces sous projets seront identifiés par les chercheurs en concertation avec les populations des deux communes rurales.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق